Omar & Charly en boîte

Le 8 novembre, le Dromadaire a bouclé le tournage des 20 épisodes de la sitcom « Omar & Charly ».

Comme disait Coluche,  c’est l’histoire d’un mec, un jeune débrouillard de Ouaga qui, fatigué d’user ses jeans sur les bancs de la Fac, s’oriente vers la musique.

Mais le talent seul ne suffit pas et l’univers des producteurs n’est pas ce qu’il y a de plus sain. Sorti tout droit du village, Omar débarque à Ouaga et se met à la recherche de son « parent » Charly. Ce gros balourd découvre la ville, et tombe amoureux d’une belle jeune femme dont la photo trône partout sur des panneaux publicitaires géants.

Tandis que le gros Omar court derrière cette créature de rêve dont il veut coûte que coûte faire la connaissance, Charly court derrière sa productrice, Lady Di, une authentique Ashantie à l’accent très prononcé. Au fil de leurs aventures croisées, on découvre la vie cachée de Charly, bourreaux des cœurs devant l’Éternel, dont la vie amoureuse va néanmoins se stabiliser quelque peu quand sa copine principale lui annonce une grossesse…

Au passage, cette sauce piquante pleine de rebondissements et de malcause nous servira les travers de Mbaye, restaurateur Sénégalais plutôt original dans son genre, et d’un tenancier de maquis mal famé « Chez Jo ». A côté de ça, Aladji Tergal, un commerçant moaga bon teint se retrouve aux prises avec Mamou, importatrice ivoirienne de poissons frais qui court derrière l’argent frais. Sans compter les relents de deals de visas avec un individu louche que l’on appelle Pit’… comme Pitbull.

« Omar & Charly » c’est 520 minutes de bonne humeur à l’africaine.  Bientôt sur les petits écrans.